Être parent, c'est se sentir coupable. Pour tout, pour rien — mais tout le temps. C'est ce petit goût amer, constamment : cette impression d'échec, ce sentiment qu'on aurait pu, qu'on aurait dû, faire mieux. Et être parent en pleine pandémie, c'est découvrir tout plein de nouvelles raisons de se sentir coupable. 
 
D'avance, on n'y coupe pas : c'est sûrement ma faute. J'aurais dû être plus patiente. Je m'y prends sans doute mal. J'aurais peut-être dû prendre telle autre décision. On aime tellement ces petits humains, on veut tellement les porter au plus loin d'eux-mêmes qu'on voudrait ne jamais se tromper et leur offrir le parent parfait qu'ils méritent.
 
Mais comme si ce n'était pas déjà assez, à tous ces reproches injustifiés qu'on s'adresse au quotidien viennent, depuis le printemps dernier, s'ajouter une foule de petits blâmes jusqu'alors inédits.
 
Crédit:August de Richelieu/Pexels
 
Au printemps, il y a eu la culpabilité de travailler en s'occupant des enfants; la culpabilité de faire deux choses en même temps et donc, nécessairement, de faire chacune à moitié. La culpabilité de recourir aux écrans pour respecter une échéance et de prononcer beaucoup trop souvent les mots « pas maintenant » à des enfants qui ne réclament, bien souvent, que des miettes d'attention. La culpabilité de ne plus être une employée particulièrement efficace ou fiable, d'être toujours un peu déconcentrée et de devoir chuchoter pendant une réunion parce qu'un enfant nous dort sur les genoux. Bref, la culpabilité de négliger à la fois ses enfants et son travail.
 
À l'été, les écoles, les garderies et les camps de jour ont rouvert. La culpabilité s'est scindée en deux, et on a eu le choix. Le choix de se sentir coupable de garder encore les enfants à la maison alors qu'on devait travailler, de les priver de leur vie sociale et de leurs amis alors qu'il y avait d'autres options, et celui de les renvoyer dans leur milieu à l'aveuglette, sans certitude, avec une petite impression de sacrifice. 
 
À l'automne, il y a eu la culpabilité d'envoyer les enfants à l'école comme si de rien n'était (ou presque). De les envoyer passer leurs journées dans des classes pleines, sans distanciation, et de ne pouvoir leur promettre que tout irait bien.  
 
À l'hiver, dans notre cas, il y a eu une éclosion de COVID-19 à l'école. Du jour au lendemain, l'école a fermé, les enfants se sont ramassés en isolement, et le dépistage nous a été fortement recommandé. Il y a alors eu la culpabilité de les avoir envoyés à l'école malgré le risque. La culpabilité de n'avoir pu empêcher l'inévitable. La lancinante culpabilité, celle qui tord par en dedans, de voir les larmes couler sur leurs joues pendant qu'ils se faisaient enfoncer un écouvillon dans le nez. Je recolle encore des morceaux de mon coeur qui a éclaté ce jour-là; je crois bien en avoir égaré certains pour de bon.
 
Le congé des Fêtes a pris fin, et, depuis, il y a la culpabilité d'avoir renvoyé les enfants à cette école en faisant abstraction du fait que, probablement, le deuxième épisode ne se fera pas attendre bien longtemps.
 
Être parent en pandémie, c'est devoir prendre des décisions à tâtons dans un monde d'une imprévisibilité chronique et espérer ne pas les regretter. C'est ne pouvoir évaluer l'opportunité de chacune qu'après coup. Ce n'est pas évident, et ce n'est pas encore fini.
 
On en a encore pour un bout, et ça continuera à être difficile. Mais, avec un peu de chance, quand on retournera à nos petites culpabilités d'avant, elles nous paraîtront par comparaison bien futiles.
 
Crédit:Keenan Constance/Pexels
 
Page d'accueil