Un an a passé déjà. Un an depuis que tout.e.s, grand.e.s et petit.e.s, ont été renvoyés à la maison pour y rester. Bang : confinement. 

C'était irréel. Les rues fantômes à l'heure de pointe. Les étalages vides dans les magasins. L'épicerie en ligne. Les files distancées à l'extérieur des grandes surfaces.

C'était du jamais vu. Le travail à distance, à la table de la cuisine. Les dossiers à revoir avec deux enfants sur les genoux. Les urgences qui pleuvaient à un rythme effréné. Les interrogations enfantines pendant un appel avec un supérieur. Les chicanes fraternelles pendant la réunion mensuelle. La concentration à temps partiel, l'oreille toujours à l'affût du moindre indice de bisbille.

C'était la solitude, les trous dans les habitudes. Les enfants désœuvrés à la maison. La cour arrière inaccessible, d'abord glacée, puis trempée. Le parc fermé. Les ami.e.s interdis, la famille aseptisée derrière l'écran. Les bricolages, les lectures, et surtout la marelle, tout le temps, parce que c'est tout ce qu'il y avait à faire dehors. Le jeu à retracer à la craie, inlassablement, après chaque averse. Mon Dieu qu'on a pu jouer à la marelle. Des heures et des heures de temps, entre mars et avril.

 
Crédit:Abby Haukongo/Pixabay
 

Puis, graduellement, la reprise. La réouverture des boutiques, des écoles, des garderies. Le retour des sports, des petits rassemblements. La fin du confinement.  Enfin, presque. Parce que pour nous, les parents, le confinement n'a jamais pris fin. Jamais totalement.

On ne sait jamais, en se levant le matin, si chacun ira à l'école ou au travail. Chaque jour, ça peut aller dans un sens comme dans l'autre. On réorganise mentalement nos échéances professionnelles au moindre reniflement de notre progéniture. On tressaillit au moindre raclement de gorge. « Combien de jours de vacances me reste-t-il, déjà? » « Peux-tu prendre congé, toi, chéri? » On sursaute en voyant le numéro de l'école sur l'afficheur; on angoisse quand on reçoit un courriel de la garderie. Notre tour viendra, c'est certain : on ne sait juste pas quand. Et si c'était aujourd'hui?

Bien sûr, les mesures sont nécessaires. Bien sûr, il n'y a pas que les parents qui sont épuisés. Mais reste que la pandémie nous a joué un tour : en normalisant le fait que les parents travaillent avec des enfants dans les bras, elle a fait oublier à tout.e.s que ce n'était pas une option viable à long terme. C'est rushant. Ça use. Ça souffle sur la poussière accumulée sur les souvenirs. Et on se rappelle.

C'était un accroc dans le temps. Le ciel gris, maussade, comme un printemps normal. Les pistes cyclables prises d'assaut, faute d'autre destination. Les arcs-en-ciel dans les fenêtres, l'optimisme naïf, l'espoir parce qu'on n'a pas le choix. Ça a l'air loin, mais on s'en souvient.

C'était il y a un an, mais c'est aujourd'hui en même temps.

Page d'accueil