Le désir sexuel avec une framboise dans le ventre

Crédit photo: Wikipedia Le désir sexuel avec une framboise dans le ventre

Faire l'amour, enceinte, c'est très beau. Ça peut être tendre, surprenant et encore très excitant. Je trouve dommage que certains couples se privent de câlins dès qu'une goutte d'urine sur un bout de plastique annonce l'arrivée d'un bébé.

Premier trimestre : attention à l’odeur anti-libido du poulet frit

Le désir évolue, ça c’est sûr, et ce dès l’apparition des premiers signes d’une grossesse. Avec les nausées et la somnolence all day long, l’intérêt pour les rapports physiques vient souvent après l’ingurgitation essentielle de biscuits sodas pour une future mom et une sieste de trois heures pour une autre. De plus, sous le coup de l’émotion, savoir qu’un enfant est attendu peut provoquer à la fois une grande envie de batifoler ou de l’anxiété tue-l’amour.

Moi, j’étais fatiguée, mais ça ne changeait rien à mon désir d’être proche du corps de mon mec. Lui, il adorait mon nouveau ventre, plus rebondi. Le seul obstacle à ma libido : quand mon chéri buvait avec ses copains, le jeudi soir, ce qui lui donnait inévitablement envie de manger du poulet frit. Et l’odeur du poulet frit me rendait malade. Oups.

Crédit : Léa Desbiens

 

Deuxième trimestre : des gros seins et un vagin sec

Au deuxième trimestre, les nausées s’estompent habituellement. La fatigue devient moins lourde, à part pour moi et d’autres femmes qui se sont déjà endormies lors d’un coït amoureux pas très conclusif.

Les seins qui deviennent gros comme par magie ravivent beaucoup le désir. La flamme est rallumée et l’activité sexuelle est plus intense qu’au premier trimestre. Par contre, les couples se retrouvent parfois démunis face à l’image sociale de la femme enceinte : une femme à protéger, à vénérer, mais à ne jamais baiser, sauf pour lui faire un deuxième gamin. Le sexe devient parfois moins agréable, car une sécheresse vaginale est souvent observée à cette étape de la grossesse.

La future mom sent son bébé bouger : ça peut être un peu dérangeant d’imaginer le bébé danser le baladi pendant qu’on jouit, mais c’est sans danger du tout.

Magasiner de la lingerie en croyant exciter ET pouvoir accoucher habiller comme ça.
Crédit  : Mélodie Nelson

 

Troisième trimestre : pipi et ventre prêt à exploser

Les rapports sexuels sont plus inconfortables : un orgasme peut déclencher des contractions douloureuses, certaines positions peuvent faire mal au chéri (au revoir cowgirl style!) et l’attention d’une future mom est parfois plus concentrée vers l’arrivée d’un petit chou que vers l’organe reproducteur du futur père.

Moi, mon envie de faire pipi aux dix secondes nuisait à mon envie d’écarter les jambes, mais ce qui a surtout mis à mort ma vie sexuelle en fin de grossesse est l’apparition d’une maladie de peau. Chaque jour, je me réveillais avec des plaques rouges qui s’étalaient de plus en plus sur mon corps. Entre mes orteils, autour de mon nombril, partout, sauf sur mon visage. Ça me piquait et me donnait juste envie de m’enlever la peau (alors non, je n’ai ni dormi ni fait l’amour quelques jours avant mon accouchement, thanks to les vilaines plaques rouges).

Si vous ne souffrez pas de plaques rouges, ça peut être chouette de profiter de vos derniers moments à deux. Faire l’amour, enceinte, ça demande de se réajuster, d’apprendre à se sentir bien en vivant des changements corporels et émotionels. Ça peut vous rapprocher de votre chéri.

Ce n’est pas la difficulté à me relever une fois couchée ou la peur de faire mal à un foetus gros comme une framboise qui a le plus dérangé ma vie sexuelle. Ce qui l’a vraiment dérangée, c’est le fait que j’étais super frustrée que mon mec ne comprenne pas toujours les changements que je vivais et les cent mille hormones supplémentaires que j’avais en cadeau.

Que remarquez-vous comme changement dans votre vie sexuelle, pendant votre grossesse?

Psssttt ! Envoie-ça à ton ami!

PLUS DE NOUVELLES