L’avortement n’est pas une question d’opinion

Crédit photo: Public Domain/Pixabay L’avortement n’est pas une question d’opinion

J’ai quitté définitivement les derniers groupes de mamans de ma région, où je figurais depuis quelques années. Mon point de rupture? Ce constant besoin de (re) lancer des débats qui selon moi n’ont pas leur place. Le dernier était sur l’avortement (encore osti!).

« Pour ou contre et pourquoi? »

J’en ai ma claque que les gens demandent ça. Parce que je crois fermement que l’avortement n’est PAS une question d’opinion publique. Que ça ne devrait pas être un débat. Idée arrêtée? Là-dessus, clairement! Et je l’assume totalement. Et pour tous les « Pro Vie » qui me lisent aujourd’hui, je risque de vous déplaire sur un p’tit temps. #SorryNotSory.

L’avortement, c’est un droit acquis pour les femmes. Au même titre que le droit de vote. Parallèle nébuleux, je sais. Quoique le droit de vote pour les femmes, au Québec, n'a que 76 ans. Pourtant, personne ne remet le droit de vote des femmes en question. Mais les gens remettent constamment le droit des femmes de CHOISIR ce qu’elles veulent faire avec leur corps et ça, ça m’enrage profondément. Que ce soit par des débats sur un club de moms ou entre amis. Ou encore, quand je lis des articles qui parlent de comment le droit à l’avortement est menacé aux USA, je suis folle de rage. Je le suis encore plus quand j’entends les jugements qui viennent avec.

Avant de dire que vous êtes contre l’avortement, il faut se demander si vous savez vraiment comment cela se passe. Parce que NON, contrairement à ce qu’affirment plusieurs, ce n’est pas une décision prise à la légère. Et ce n’est pas non plus une partie de plaisir. L’avortement a des impacts physiques et psychologiques importants. J’en connais assez long sur le sujet pour écrire ceci. L’équipe d’infirmières en clinique parle avec nous et s’assure que nous sommes bien décidées, que ce choix est réfléchi. Aucune femme n’est « garrochée » dans cette intervention sur un coup de tête.

J’ai vraiment du mal à vivre avec les commentaires « Je suis pour, mais juste en cas de viol! ». Dans ma tête, ça ne fait pas de sens. Pas plus que ça fait de sens, pour moi, de lire que l’avortement est pris, par plusieurs femmes, comme moyen de contraception. Ça me procure toujours un frisson désagréable. Avant d’affirmer de telles choses, il faut être certain de connaître l’histoire et le bagage de la personne en question. Autrement, c’est un jugement gratuit.

Personnellement, je ne connais aucune femme qui aime ou souhaite se faire « vaccumer » l’utérus simplement parce qu’elle ne veut pas utiliser de contraceptif. Par contre, je connais beaucoup de femmes qui sont tombées enceintes plus d’une fois en utilisant différents contraceptifs. J’en fais partie. Et peu importe le scénario, peu importe les raisons ou conditions qu'une femme tombe enceinte, quand la grossesse n’est pas souhaitée, quand les autres options ne sont pas des options justement, l’avortement, nous y avons toutes droit. Point barre.
 
Je trouve que l’utérus d’une femme, ça appartient qu'à la femme. Personne d’autre. Pas à son mari ou son chum. Ni à sa famille ou ses amis. Et surtout pas au reste de la société. Peu importe les raisons qui poussent une femme à choisir de se faire avorter, une ou plusieurs fois, elle ne devrait jamais avoir à se justifier ou à expliquer son choix. Pas plus que les femmes devraient avoir honte d’utiliser un service qui leur est accessible en toute sécurité.

Si les gens laissaient les utérus des femmes tranquilles et que l’énergie dépensée à débattre inutilement là-dessus était mise contre des textes machos dans divers quotidiens ou encore à défendre les causes de victimes d’agression sexuelle qui n’obtiennent pas de justice, peut-être que la cause des femmes avancerait plus vite. 

Psssttt ! Envoie-ça à ton ami!

PLUS DE NOUVELLES