Mère de deux enfants, 36 ans, je suis sans contredit une femme adulte. Pourtant, je n’arrive pas à m’identifier comme telle. Je pensais que devenir mère allait me transformer en femme adulte une bonne fois pour toutes. Mais non.

Pour moi, être une femme, c’est être une madame en tailleur. Et, je suis loin en ta’ d’être une madame. J’ai mis du temps avant d’être assez libre dans ma tête et dans mon corps pour enfin m’épanouir et vivre pleinement ma vingtaine. J’ai le feeling que c’est maintenant que ça se passe!  

Aussi, j’éprouve depuis toujours un sentiment d’infériorité face à d’autres femmes plus ou moins jeunes que moi. Celles que je vois comme de véritables femmes adultes. Je les trouve belles, fortes, sensuelles, voluptueuses, frondeuses, ambitieuses. Ça m’intimide. Surtout celles qui me disent : « Fille… ».

Chaque matin, quand je dépose mon fils à l’école et que je vois toutes ces mamans pressées, sortir de leur voiture nickel, je me dis qu’elles doivent certainement me prendre pour la grande sœur.  Surtout quand je retourne à la maison avec le mini BMX de mon fils de 6 ans!!

Dans mon encyclopédie mentale, être adulte rime avec organisation, maîtrise, ordre, responsabilités, horaire, agenda, ordre, impôts (à temps), budget, finances, factures (payées), ordre…

Crédit : Giphy
 
Tout ce que je n’arrive pas à appliquer dans mon quotidien. Quoique, pour la première fois de ma vie, j’ai apporté un manteau chez le nettoyeur et des bottes chez le cordonnier! Mais à part ça, je lésine, je procrastine, je tarde. 
Je m’obstine à devenir grande. Le serai-je un jour? En attendant,  je suis travailleuse autonome. Je devrais, depuis fort longtemps, mieux organiser ma facturation et mes impôts avec un bon fichier de calculs et une certaine méthodologie. Je ne le fais pas. Je suis méga désorganisée. Je sais même pas utiliser Excel et je ne veux même pas apprendre. Je suis bébé lala.  
 
D’ailleurs, je fais encore la baboune des fois (souvent)! Je peux être encore plus bébé que mes enfants quand je m’y mets.  Je fais des grimaces dans leur dos.  Leur pose des ultimatums niaiseux. Je ne gère pas tout le temps très bien ma frustration. En fait, tout ça, c’est l’aspect négatif de mon côté non adulte qui m’embête. 

En contrepartie, je fais aussi des grimaces pour faire rire mes enfants. Je ne mange ma molle twist qu’avec des bonbons multicolores. Je suis celle qui a le plus hâte d’aller au cinéparc et manger des tonnes de réglisses. Je roule mon panier d’épicerie comme une trottinette. Je regarde de longues minutes par le hublot du four le gâteau qui cuit et je sautille et tape des mains quand il a levé.  J’achète la plupart de mes vêtements dans les rayons pour ado et ça me coûte la moitié du prix!  Je saute le plus haut possible sur un trampoline même si ça me fait faire des gouttes de pipi. Je fais une voix différente pour tous les personnages de chaque livre que je lis à mes enfants. J’adore les manèges. J’aime avoir les mains salies de terre après avoir jardiné.  

Parce que, ça a aussi du bon d’être un peu Peter Pan dans l’âme! Et de toute façon, je porte pas bien le tailleur. 

Êtes-vous plus adulte responsable ou grand.e enfant?

Plus de contenu