J’ai rêvé que j’accouchais. C’était un long rêve, réaliste, et en me réveillant au petit matin, je me souvenais de tous les détails. La surprise de la première contraction. La sensation de la tête de mon enfant qui pousse dans ma main glissée entre mes jambes. Le moment de suspension avant la dernière poussée; la tête est née, et le corps glissera bientôt au monde. La fraîcheur de ce petit corps moite sur ma peau. L’odeur. Puis, la fatigue et l’enivrement, la shot d’amour pur qui envahit l’esprit, guide tous les gestes et les regards. 
 
Je ne suis pas enceinte ni rien, ce n’est pas non plus dans les plans d’avoir un troisième enfant, ou en tout cas, pas tout de suite. Mais ce rêve m’a rappelé à quel point j’avais aimé accoucher, et ça m’a comme redonné le goût. Est-ce qu’un simple rêve peut provoquer un désir d’enfant? On dirait bien que oui.
 
Dans mon rêve, j’accouchais seule, complètement seule. Ça se passait tellement vite que je n’avais pas le temps d’appeler mon chum ni ma sage-femme. Mais je connaissais le chemin, et je me laissais aller, dans l’accueil total de ma propre vulnérabilité (chose possible uniquement en rêve?). Après, je me sentais si forte, si fière, épuisée et prête à tout. Ce sentiment de force m’a habitée toute la journée suivante, et je pense que c’est ce qui a fait que ce rêve m’a tant marquée.
 
Il arrive qu’un accouchement (réel) provoque pour vrai ces sentiments de grande puissance, de force fabuleuse et de fierté invoqués dans mon rêve. Que malgré la douleur, malgré les difficultés et l’intensité de l’effort, on en sorte comme plus solide, plus grande, heureuse. Une impression d'invincibilité. J’ai goûté à ce sentiment lors de mes deux accouchements. J’étais grisée d’incrédulité devant ce qui venait de m'arriver, de nous arriver, et ça reste une des choses les plus incroyables que j’ai vécu dans ma vie. La sensation toute corporelle des possibles qu’ouvre la naissance. 
 
Avez-vous ressenti quelque chose du genre lors de vos accouchements?

Plus de contenu