Pourquoi certaines personnes ne font pas confiance aux vaccins?

Crédit photo: Aditya Romansa Pourquoi certaines personnes ne font pas confiance aux vaccins?

Comment se fait-il que certaines personnes soient méfiantes à l’égard des vaccins? Même s’il y a une résurgence de maladies très contagieuses et dangereuses telles que la coqueluche ou la rougeole un peu partout dans le monde occidental, même si l’Organisation mondiale de la santé considère que cette réticence face à la vaccination constitue l'une des dix plus grandes menaces à la santé publique dans le monde, même si on a accès à de l’information de qualité chez nos professionnels de la santé qui nous disent que les vaccins sont sécuritaires, certains parents préfèrent ne pas faire vacciner leurs enfants.
 
Se pourrait-il que ce soit dû en partie au syndrome de la « mère prévoyante »? Vous savez celle qui se renseigne pendant trois semaines et fait des recherches poussées avant de choisir un siège d’auto? Qui lit tout ce qu’elle peut sur l’introduction des solides dans la diète de ses enfants? Plusieurs femmes se sentent valorisées dans ce rôle de mère prévoyante, qui prend les meilleurs renseignements possible, qui demande conseil à son groupe de mamans sur Internet, qui appelle sa mère ou sa meilleure amie pour savoir quoi faire quand le petit a des coliques, etc. Jusqu’ici, tout va bien, rien de problématique, on fait toutes cela à un moment ou à un autre et la plupart du temps c’est positif de le faire.
 
Le problème apparaît quand certaines mères prévoyantes vont tomber sur des informations erronées sur les vaccins, ou sur d’autres enjeux de santé. Ces informations vont parfois faire écho à des choses qu’elles ont entendu dans sa famille ou sur des groupes de mamans, ou même à des articles qu’elles ont lus sur le Web. Ou alors à ce qu’a dit une célébrité (comme Angela Price par exemple). Ces personnes vont alors commencer à se demander si les vaccins sont dangereux.
 
Dans un article publié récemment dans Le Devoir, j’explique que les gens en général ont tendance à considérer comme véridiques les informations qui font écho à leurs propres croyances et qui rejoignent ce qu’ils ont entendu parmi les gens qui les entourent et en qui ils ont confiance. Cependant, lorsqu’on leur présentera des informations basées sur des études scientifiques, ils accorderont leur confiance à celles-ci. Mais il est parfois difficile de distinguer les bonnes et les mauvaises informations. Quelques personnes feront ultimement confiance à leur jugement et à leur propre expérience, ainsi qu’à des informations trouvées sur Internet, plutôt qu’aux scientifiques et aux médecins.
 
Certains parents vont donc, sans s’en rendre compte, intégrer la méfiance à leur identité de « maman » ou de « papa » prévoyant.e. Il peut devenir très difficile de faire changer d’avis ces personnes en leur présentant des faits scientifiques, des études rapportées dans les médias, ou des entrevues avec des médecins. Soit leur opinion est déjà faite, ou alors le doute est irrémédiablement semé dans leur esprit, et elles auront tendance à privilégier les informations qui vont dans le même sens que ce doute. Ce faisant, elles se retrouvent à faire confiance à des gens qui n’ont aucune réelle expertise et qui relaient des informations largement discréditées par les vrais experts sur le sujet.
 
Chez TPL Moms, on comprend le besoin de se renseigner avant de prendre des décisions pour nos enfants. Et on sait qu’il faut se questionner par rapport à ce qu’on lit sur Internet. Mais on choisit d’accorder notre confiance à des institutions fiables comme l’Agence de santé publique du Canada, le ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec. On croit que les vaccins sont sécuritaires et essentiels, afin de protéger tous les enfants des maladies graves et potentiellement mortelles et débilitantes, comme la rougeole, la coqueluche et la polio. Une bonne couverture vaccinale est essentielle pour la sécurité de tou.te.s, mais en particulier les personnes les plus vulnérables (comme les enfants malades, et les personnes immunodéprimées, par exemple).
 
Avez-vous lu des articles qui relaient des informations douteuses sur la vaccination? Avez-vous des ami.e.s ou des connaissances qui sont méfiant.e.s envers les vaccins? Comment leur répondez-vous?

Psssttt ! Envoie-ça à ton ami!

PLUS DE NOUVELLES