Mon récit rocambolesque de camping monoparental avec mon 21 mois et ma 6 mois [Partie 3]

Crédit photo: Image parStockSnap/ Pixabay Mon récit rocambolesque de camping monoparental avec mon 21 mois et ma 6 mois [Partie 3]

[Pour lire la Partie 1]

[Pour lire la Partie 2]

Partie 3 : le retour chanceux/malchanceux...

Vendredi matin, Sarah se réveille, il est 6 h. Jacob dort encore... malgré un réveil nocturne pour rendormir Jacob et Sarah, la nuit ne s’est pas trop mal passée. Mais j’ai vraiment besoin d’un café !

Le plan : être sur la route pour 9 h. Alexe a une soirée de prévue et on veut éviter le trafic de fin de journée en arrivant avant.

Jacob se réveille finalement à 7 h, on déjeune et on s’y met. On ramasse tout, entre tout dans l’auto en s’occupant des enfants. Jacob est revigoré, sa nuit lui a fait du bien.

Il fait vraiment chaud ! 

8h50, on a fini! On a même le temps d’une petite baignade avant de prendre la route. On est ravies. On enfile les maillots et hop dans l’auto pour un arrêt à la plage du camping.

On sort de l’auto. J’essaie de penser à tout pour ne rien oublier dans l’auto... je ramasse les clés, les vêtements de rechange, les couches, les serviettes, je sors Jacob de son siège puis Sarah... et j’ai tout! Je veux barrer les portes de l’auto...

(J’ai une voiture assez récente, donc pas de clé à proprement dit, c’est une puce. En gros, pour ceux/celles qui n’ont jamais vu ça : avec la clé dans mes poches, je peux barrer/débarrer la voiture et une fois dans l’auto, je n’ai qu’à appuyer sur un bouton et l’auto démarre !)

Alors j’appuie sur le bouton de la porte pour barrer l’auto… bip-bip (signal sonore m’indiquant que la puce est dans la voiture et donc que je ne peux pas barrer les portes. Système bien intelligent, direz-vous: impossible de barrer les clés à l’intérieur.

Hum, étrange! J’étais pourtant certaine d’avoir pris la clé en sortant... peut-être l’ai-je déposée en sortant les enfants, ou en ramassant les choses, que je pense. La plage est vraiment tout près, alors on se dit que ce n’est pas grave, on en a pour quelques minutes seulement.

On va se baigner. Ça fait du bien. On s’habille et retour à l’auto. 

J’installe les enfants. Alexe cherche la clé, sans succès. Mais l’auto est tellement pleine qu’on se dit qu’on la retrouvera une fois à la maison.

Je ne m’en fais pas trop : si les portes ne se barrent pas et que l’auto démarre, c’est simple : ça veut dire, sans équivoque, que la clé est dans l’auto. Alors j’essaie de démarrer l’auto et elle démarre.

Alors on part! On roule près de 2 h, puis on doit arrêter mettre de l’essence. Alors on prend une sortie et on arrête à une station d’essence.

Alexe sort pour mettre l’essence et moi je décide de chercher la clé pendant ce temps. Toujours sans succès. 

Alexe entre dans le dépanneur pour payer. 

Je m’assois et j’appuie sur le bouton Start.

Bipbip... ID de la clé incorrecte... 

Non non non. impossible! Je sors de la voiture avec le cœur qui bat à mille à l’heure... je me dis que c’estabsolument impossible.. je me rassois et je réessaie… 

Bipbip. ID de la clé incorrecte...

La pédale de frein devient dure, impossible de la bouger ou de mettre l’auto sur le neutre pour la déplacer...

Constat... la clé n’est plus dans l’auto... (l’a-t-elle même déjà été depuis le camping? Je ne sais plus quoi penser.)

J’ai l’impression que je vais m’évanouir.. Alexe revient, elle ne me croit pas.

« Alexe... j’te jure... l’auto ne part pas... »

Elle appelle au camping pour que quelqu’un vérifie à nouveau à l’endroit où l’auto était stationnée. 

Moi, j’appelle mon chum, je panique. Il me dit de tout sortir, la clé doit être dans l’auto : pas le choix, l’auto a démarrée en partant du camping.

Au pire des pires, il viendra nous rejoindre avec sa clé. Ben non, que je lui dis. Je vais plutôt trouver un concessionnaire Nissan et me faire faire une nouvelle clé. Au pire on se louera un motel pour la nuit. Je commence enfin à reprendre mes esprits. Ce n’est pas la fin du monde, on va s’en sortir.

Je raccroche, il reste 6 % de batterie à mon téléphone... l’employé du dépanneur nous implore de déplacer l’auto. On ne peut pas. 

« Poussez-la ! » qu’il nous dit.. On ne peut pas... l’auto est bloquée sur le mode P (parking).

Il vient voir, fait le tour de l’auto pour trouver une solution, me dit « Donne-moi ta clé, je vais te trouver une nouvelle batterie et elle va fonctionner à nouveau »

« Monsieur, vous ne comprenez pas... je n’ai pas la clé! »

Il ne comprend pas : « ... mais si tu n’as pas la clé, comment êtes-vous arrivées jusqu’ici ? »

« Eh bien... je me le demande aussi! »

Entre temps, Alexe et moi on se dit que j’ai peut-être posé la clé sur le toit de l’auto et qu’évidemment, elle a dû tomber sur la route! Mais encore là, l’auto n’aurait pas dû démarrer et encore moins m’empêcher de barrer les portes.

On sort les enfants et on entre dans le dépanneur ! Je demande à l’employé si je peux brancher mon téléphone quelque part (j’ai le fil qui va dans ma voiture, mais pas de bloc pour brancher au mur). Il me cherche un bloc. 

Mon téléphone sonne, je réponds. On m’offre une entrevue pour un poste sur lequel j’ai fait application dernièrement, je suis contente, mais c’est vraiment un mauvais moment ! J’essaie de rester sereine, mais bon. je suis stressée, ça doit se sentir dans ma voix ! J’ai dû faire une mauvaise première impression... bref ! Si je suis engagée, ça fera une drôle d’histoire à raconter!

On branche finalement nos téléphones et on appelle un Nissan. Une clé est disponible, mais il faut venir avec l’auto pour la programmation. Ça va coûter 220 $. Bon, pas le choix !

On appelle CAA, un remorqueur va arriver dans les 2 prochaines heures, mais ne pourra pas embarquer les enfants... Eh merde...! Pas vrai que je vais rester dans un dépanneur avec les 2 : le concessionnaire est à 30 minutes en retournant sur nos pas, en plus de l’attente là-bas et du temps qu’Alexe prendra pour revenir nous chercher. C'est trop ! J’imagine déjà Jacob toucher à tout et moi en train d’allaiter entre 2 paquets de chips. Je suis découragée, mais bon, je vais dans l’auto ramasser un kit de survie.

Le remorqueur arrive! Wow ! En 15 minutes, c’est encourageant ! Le gars me demande ma clé... je lui raconte toute l’histoire. Il ne comprend pas lui non plus. 

Il me dit d’aller nous installer dans la cabine, à l’air conditionné ! 

« Ah oui ? Même avec les enfants, c’est OK? » 

Pour lui, pas question qu’il nous laisse ici avec les 2 petits! 

« Ahh merci monsieur! » Ça me soulage tellement!

Il fait ce qu’il a à faire et nous amène au Nissan. 

Arrivée là-bas, on me demande encore ma clé, pour la programmer... j’explique encore toute l’histoire. Les employés ne comprennent pas comment ça a pu arriver. On expose notre théorie du toit, mais les employés du Nissan nous disent que la voiture n’aurait pas démarré si la clé avait été sur le toit. Bref, on reste dans l’incompréhension.

Et là, j’ai un flash !

En partant, Alexe est sortie, sans que j’arrête l’auto et a jeté les poubelles et le recyclage… on en est maintenant certaines, en sortant les enfants pour aller se baigner, j’ai dû déposer la clé quelque part et elle s’est retrouvée dans le recyclage ou dans un sac poubelle…

Entre temps l’employé du camping nous rappelle, il a cherché partout et n’a pas retrouvé la clé. On lui demande s’il peut vérifier la poubelle et le recyclage. On est très mal à l’aise, mais comme la clé est assez dispendieuse, je prends une chance. Il me répond qu’il comprend tout à fait et qu’il va aller voir. S’il me rappelle c’est qu’il l’a trouvée, sinon on abandonne les recherches.

Après un peu plus d’une heure d’attente dans le Nissan, l’auto est finalement prête. Je paye, j’installe les enfants, et comme on s’apprête à partir, Jacob dit : « caca... » 

Seigneur, est-ce que cette journée va finir ?! Allez! Je sors pour aller le changer, Alexe sort la voiture du garage et va nous attendre dans le stationnement. 

Quand je marche finalement vers l’auto, j’aperçois au loin... Ben non! Mon trousseau de clés, sur le toit de l’auto! Je m’approche pour en être certaine... Ben oui! Je dis à Alexe de venir voir, elle s’approche... voit mon porte-clés, me regarde et on éclate de rire! (Comment aurait-on pu réagir autrement?)

Comment nous, et toutes les personnes qui sont venues autour de l’auto avons fait pour ne pas les voir avant? On est gênées. Comment est-ce possible? Non seulement on a trouvé une faille dans le système de ma voiture, mais en plus, on a roulé 2h sur l’autoroute avec la clé sur le toit! Je la ramasse et on part au plus vite! 

Est-ce qu’on vient de perdre plus de 3 h, de dépenser 220 $, de gaspiller un remorquage sur la carte CAA et surtout, de faire fouiller un camping par un pauvre employé… Ah oui, et les poubelles en plus? Tout ça… pour rien ?

Une maudite chance que je n’ai pas dit à mon chum de venir nous porter sa clé! Le connaissant, c’est sur qu’il serait sorti de son auto et aurait immédiatement remarqué mon trousseau de clés sur le toit.

On est finalement arrivées à 18 h chez moi, complètement vidées d’énergie et sans plus une onze de patience ! Trafic et enfants ne font pas bon ménage! 

Est-ce que mes 3 jours ont été reposants? Oh non, absolument pas! 

Est-ce que j’ai eu du plaisir malgré tout? Oui, mais le camping avec 2 enfants de moins de 2 ans, c’est du sport!

L’année prochaine, croyez-moi sur parole, mon chum sera de la partie!

Psssttt ! Envoie-ça à ton ami!

PLUS DE NOUVELLES