Le sexe après bébé, on en parle?

Crédit photo: Unsplash Le sexe après bébé, on en parle?

Toute personne ou situation citées dans cet article ne serait que le pur produit de mon imagination... N’est-ce pas, chéri?

 

Rappelez-vous de ce temps, il y a fort fort fort longtemps, où vous pouviez faire l’amour quand bon vous semblait, où bon vous semblait, en tout insouciance... Ce temps où vous pouviez rester au lit une journée entière à vous dévorer des yeux et à vous dévorer tout court, sans penser à rien d’autre que l’instant présent. Vous visualisez? Eh bien, chassez vite cette image de votre esprit. Ce temps est révolu. FINI. Bébé est arrivé.

 

Crédit: Unsplash

 

Au début, ce n’est pas un problème; on vient d’accoucher, notre corps n’est pas encore remis, il y a même encore tout un tas de choses qui s’y passent et pas des moins douloureuses. Et surtout, il y a ce tout petit être, si fragile, dont il faut prendre soin chaque seconde, ce petit être qui bouleverse nos vies et nos cœurs. Alors le sexe, forcément, ça passe au second plan.

Quelques jours ou semaines après — chacune son rythme ! — on recommence à y penser, avec une légère appréhension : est-ce que ça va faire mal? Peur irrationnelle quand on pense qu’un être de la taille d’une pastèque vient de nous passer entre les jambes. Ne le prenez pas mal, messieurs, mais, malgré vos attributs, ce n’est pas comparable. Et, en cas de césarienne, on a peur que passer à l’acte rouvre la cicatrice. Là encore, c’est prêter bien des capacités à ces messieurs. Mais on ne contrôle pas nos peurs!

Côté messieurs aussi, c’est compliqué. Des études ont prouvé que l’arrivée d’un nouveau-né avait tendance à faire baisser le taux de testostérone pour permettre aux nouveaux papas de développer leur instinct paternel. Donc, forcément, qui dit moins de testostérone dit moins d’envie. Donc, non mesdames, ce n’est pas parce que vous avez tous les jours une tête de lendemain de fête, des vêtements et de la lingerie qui ne ressemblent à rien ou des kilos en trop, que monsieur a moins envie, non. C’est tout simplement parce qu’il est en train de se transformer en papa poule. Ouf! Nous voilà rassurées.

Et après? Quand toutes les conditions sont enfin rassemblées, quand on est fin prêts, c’est là que ça se complique vraiment… bébé s’en mêle.

Bénis soient les parents qui ont des bébés qui dorment et qui ont pu aisément reprendre leurs ébats là où ils les avaient laissés avant la naissance. Comme je vous envie! Car notre fille nous a été livrée sans l’option sommeil, et pendant ses huit premiers mois, nous n’avons pas dormi. DU TOUT.

Je ne compte pas les fois où nous avons dû interrompre ce que nous venions à peine de commencer ou encore les fois où nous avons renoncé. Heureusement, je ne compte pas non plus les fois où nous en avons ri. Et, avouons-le : quand bébé vient enfin de s’endormir, que tu sais qu’il se réveille dans une heure et demie et que tu as le choix entre dormir et faire l’amour, bah en fait, tu ne te poses même pas la question: TU DORS.

Alors, c’est sûr, quand tu y arrives enfin, tu profites de chaque seconde comme si ça ne devait plus jamais avoir lieu — parce qu’en fait, tu ne sais vraiment pas quand ça pourra encore avoir lieu — et c’est encore meilleur.

Au cours de ces mois difficiles, j’ai aussi découvert que faire l’amour pouvait prendre différentes formes : c’est échanger un regard appuyé, s’inventer un code, une phrase en public, qui dit à l’autre « j’ai envie de toi », c’est se retrouver épuisés le soir, se dire : « tu sais, dans ma tête, on est en train de faire des trucs de dingue, mais mon corps ne peut juste pas » et en rire. C’est trouver une nouvelle complicité, faire naître de nouveaux désirs. Et, pour être honnête, en ce moment, quand j’arrive déjà épuisée au bureau et que mon chum m’envoie un message disant : « j’ai réussi à faire le ménage avant de partir » ça me fait plus d’effet que la meilleure partie de jambes en l’air!

Alors oui, c’est une période difficile. Notre couple en sortira, j’espère, plus fort. Je me dis que ça passera, comme le reste. Qu’il faut que ça passe… que ça doit passer… parce que la quasi-chasteté, ça a du bon deux minutes, mais en fait… s’il te plaît, bébé… FAIS DODO !

 

Crédit: Unsplash

Psssttt ! Envoie-ça à ton ami!

PLUS DE NOUVELLES