Dans mon cours d’éveil, je suis considérée comme la mère chillax. J’en suis à mon deuxième enfant, alors il y a pas mal moins de choses qui me stressent qu’à mon premier, mettons. Surtout le manque de sommeil. C’est poche, mais je sais c’est quoi.

Mais, il y a un gros MAIS.

Mon deuxième bébé a maintenant près de 4 mois. Pour vous donner un peu de contexte, mon premier (qui a maintenant 2 ans), a fait ses nuits à six semaines, mais a tout arrêté du jour au lendemain vers l’âge de 4 mois. Au début, je croyais que c’était son rhume, puis les vaccins, puis sa première dent… Mais non, c’était la FAMEUSE régression de sommeil de 4 mois.

via GIPHY

Après des heures et des heures de lecture sur le sujet, j’ai compris que c’est parce qu’à cet âge, les bébés doivent se réveiller exactement dans le même environnement que dans celui où ils se sont endormis. Sinon, ils CAPOTENT. Donc, s’ils s’endorment au sein ou au biberon, ils vont vouloir à tout prix un sein ou un biberon pour se rendormir à chaque réveil.

Mon premier a recommencé à faire ses nuits à 20 mois. 20 MOIS.

Bref, jusqu’à présent, j’étais en effet bien chill avec le sommeil de ma deuxième. Parce que j’ai réussi à instaurer tout ce qu’on me recommandait au premier : elle s’endort seule sans le sein, elle dort maintenant dans son lit, elle a une routine solide, elle s’endort à la même heure chaque soir (tôt), je ne l’allaite pas à chaque réveil (juste quand elle ne se rendort pas avec sa suce), mon chum y va souvent aussi, je ne la laisse pas pleurer (mais j’attends toujours un peu avant d’intervenir et elle se rendort souvent d’elle-même), elle a une doudou… Je fais tout selon les règles de l’art.

Et malgré tout, elle ne fait pas encore ses nuits.

via GIPHY

Du tout. Et là, elle va avoir quatre mois et je CAPOTE. J’ai peur. J’angoisse. Depuis quelques jours (surtout avec les Fêtes, hein), je stresse à chaque changement de routine. Je veux que tout soit bien établi pour être prête à affronter ses 4 mois.

Je deviens complètement irrationnelle. On dirait que ça ne me dérange pas du tout qu’elle ne dorme pas encore, mais l’idée qu’elle fasse elle aussi juste ses nuits dans deux ans, ça me fait flipper.

Finalement, je réalise qu’à mon premier, je stressais parce qu’il se réveillait la nuit et que je ne savais pas quoi faire pour que ça n’arrive pas. À ma deuxième, je suis en paix avec ses réveils, mais je capote parce que j’ai peur de reproduire les mêmes « erreurs ». Alors qu’en fin de compte, clairement c’est ma fille qui décide de son sommeil. J’en ai bien la preuve. Je fais tout pour l’aider et malgré ça, elle ne dort pas.

Faut croire que je vais devoir apprendre de nouveau à lâcher prise, le seul et unique truc qui fonctionne à tout coup pour gérer le sommeil de ses enfants.

Comment vivez-vous les régressions de sommeil?

Page d'accueil