Confinée à Montréal : j'ai peur de faire une dépression

Crédit photo: Yuris Alhumaydy/Unsplash

Je le sens, doucement, sournoisement, je coule. Je tiens pour mes enfants, mais à la seconde où ils dorment, je fonds en larmes à tous les soirs. Ils ne sont pas dupes, ils le voient bien que maman n'est pas comme d'habitude. 

« Qu'est-ce qu'il y a maman? » me demande mon plus grand. Pleurs de ma plus jeune. J'ai les larmes aux yeux. « Maman est un peu fatiguée et se sent triste, mais ça va bien aller mon grand, maman va se soigner ne t'inquiète pas ». Le regard soucieux, il retourne à ses jouets. 

La vérité, c'est que je ne vais pas bien du tout. Voilà, c'est dit. L'ambiance générale et le confinement qui n'en finit plus (surtout à Montréal) me rendent un peu léthargique.

Je le sens, je me fâche plus vite, je suis à fleur de peau à la moindre remarque de mon chum. Ça ne va plus du tout. Au début du confinement, je tenais bien le coup, mes enfants étaient joyeux. 

Maintenant, tout le monde s'ennuie. Mon chum travaille énormément, mes enfants demandent toute mon attention et j'ai l'impression de passer mes journées à réfléchir à trois choses : qu'est-ce que je vais faire à manger, quelles nouvelles activités puis-je proposer, comment faire pour motiver mes enfants à sortir faire une balade? Et c'est comme ça À TOUS LES JOURS. 

Le soir, je suis épuisée, sans savoir vraiment pourquoi. Je suis incapable d'avoir un temps de qualité avec mon chum. Mes enfants dorment à 20h30 et à 21h, je m'écroule dans mon lit. Et le pire c'est que c'est de pire en pire. Plus les journées passent, moins j'ai d'imagination plus je suis fatiguée. J'ai plus d'appétit, plus le goût d'aller courir autour d'un parc. Ma motivation n'est plus. Même mon anxiété autour de la COVID-19 a disparu. je n'arrive même plus à en parler autour de moi car j'ai peur d'être un fardeau. Je cache mes larmes devant mes enfants, mais aussi devant mon chum. 

J'ai rappelé mon psy et je vais voir quelles sont les solutions pour une consultation en ligne, car je ne suis plus capable de me lever le matin et pour la première fois de ma vie, je pense que je fais une dépression. 

Si ma famille et mes amis me voyaient, ils ne me reconnaîtraient pas. Je veux retrouver ma joie, ma passion et mon énergie légendaire. 

Avez-vous aussi ce sentiment de lassitude? 

 

NDLR : Si vous ou un proche ressentez de la tristesse ou de la détresse psychologique, n'attendez pas, allez chercher de l'aide et/ou consultez le site juste ici. 

 

TPL Moms

 
Consulter un psychologue et exprimer ses émotions, c'est important. Le psychologue et auteur Marc-André Dufour en parle juste ici : 
 

Santé mentale et phrases clichées avec le psychologue Marc-André Dufour

👉🏼Du 4 au 10 mai 2020, c’est la 69e Semaine de la santé mentale portée par l’Association canadienne pour la santé mentale - ACSM - Filiale de Montréal. Voici un message du porte-parole, le psychologue Marc-André Dufour :« Pendant que vous lisez ce statut, peut-être qu’une personne dans votre réseau souffre en silence. Elle pense que ça ne sert à rien de parler, elle a peur d’être un fardeau et elle croit à tort que demander de l’aide est un signe de faiblesse... Même si vous ne récolterez pas une tonne de « J’aime » avec cette publication, pourriez-vous S.V.P. partager ce message qui s’adresse à cette personne?Merci!🙏🏼» #ParlerPourVrai#SemaineDeLaSantéMentale#espoir

Posted by Nightlife.ca on Monday, May 4, 2020

 

 

Psssttt ! Envoie-ça à ton ami!

PLUS DE NOUVELLES