J'ai une famille recomposée. Mon conjoint a un fils d’une autre union et nous avons eu 2 enfants ensemble; d’abord un fils puis une fille. La garde de son fils se déroule à temps partagé avec sa maman, 50/50, en tentant d’accommoder au meilleur de nos capacités les besoins de l’enfant et les nôtres. Heureusement, la bonne relation que nous entretenons avec sa mère nous procure une belle entente, et ce, pour le bien-être de tous, mais surtout pour son bien-être à lui.

Quand j’entends des histoires de garde partagée difficile et parfois même des histoires d’horreur reliées à la séparation de deux parents, je remercie le ciel pour notre situation et considère que cette relation harmonieuse est un cadeau bénéfique pour nos familles. Bien sûr, la garde partagée vient également de pair avec des moments plus difficiles, autant pour les enfants que pour les parents. Pourtant, mon conjoint et moi y découvrons aussi plein de beaux moments, qui n’existeraient probablement pas si nous passions tout notre temps ensemble. 

Avec 6 ans d’écart d’âge, les 2 garçons ont leur lot de différends : le plus jeune suit son grand frère partout, prend ses jouets et ADORE jouer en cachette dans sa chambre ! Le grand frère, quant à lui, aime bien jouer avec son petit frère, mais apprécie de plus en plus son indépendance et souhaite parfois avoir la paix ! Et, pour être bien honnête, je pourrais facilement inverser les rôles dans ce qui précède, car l’inverse est tout aussi vrai ! Deux frères, quoi ! (Eh oui, malgré qu’ils soient demi-frères/sœur, on n’a jamais fait la distinction encore. Vu le jeune âge de mes 2 enfants, j’imagine que ça nous semblait plus simple. En fait, on ne s’est jamais vraiment posé la question : ils sont frères et sœur, tout simplement. Le jour où ils nous questionneront à ce sujet, on réévaluera !)

Lorsque la semaine chez sa mère commence, le fils de mon conjoint manque clairement aux nôtres. Ma fille ne parle pas encore, mais elle pointe souvent les photos sur lesquelles il apparaît, et mon fils nous demande souvent : « il est où Menou ? » (Jimmy est devenu Menou ! Ne me demandez pas pourquoi, je ne sais pas ! Même maintenant que mon fils parle distinctement, ce surnom lui est resté !)

Au courant de la semaine, ils finissent par ne plus en parler, à croire qu’ils l’ont oublié parfois... Mais ! Le jour où il revient, c’est le PARTY ! Mon fils crie de joie et répète, en suivant son grand frère partout : « c’est mon frère ! C’est mon frère ! » Ils se font des câlins à n’en plus finir et procèdent minutieusement à l’échange des poignées de mains secrètes ! Ma fille, du haut de ses 3-pommes-et-quart, se fraie un chemin entre les 2 garçons et se plante devant Menou, les bras grands ouverts, et elle attend patiemment qu’il la serre contre lui, le sourire aux lèvres !

Leurs retrouvailles sont magnifiques et je ne pense pas que nous aurions droit à cette profusion d’amour s’ils n’avaient pas l’occasion de s’ennuyer les uns des autres. Du moins, même si mon fils et ma fille s’aiment éperdument, jamais ils n’en font la démonstration de façon aussi flagrante !

À nos yeux, ce moment est d’autant plus magique que, suite à la séparation de ses parents, Jimmy semble avoir développé la crainte de perdre l’amour de ceux qui l’entourent. Peut-être a-t-il déduit que, comme l’amour entre ses parents s’est éteint, il pourrait lui-même perdre leur amour un jour ou l’autre... Alors, de voir cet amour inconditionnel se dessiner entre nos enfants nous fait un baume sur le cœur et je me permets de croire que, pour lui aussi, ce moment est magique et apaise tranquillement ses craintes.   

Bien évidemment, la vie ne tarde pas à reprendre son cours normal et les chamailleries se remettent de la partie : la garde partagée ainsi que tout le bonheur qu’ils ont de se retrouver ne changent clairement pas ce côté de la fratrie !

Vivez-vous parfois des petits moments magiques de garde partagée?  Partagez-les avec nous dans les

commentaires!

Vous avez une histoire à partager? Écrivez-nous au info@tplmag.com

Plus de contenu