Chaque été, il me vient des envies de camping! Connecter avec la nature, dans un magnifique parc de la SÉPAQ. Ici, on ADORE le camping. En fait, tous, sauf mon chum, mais ce n'est pas de sa faute, il est atteint d'une malédiction!

Je vais tenter de vous faire comprendre le tout. Il m'est arrivé plusieurs fois de partir en camping seule avec mes trois enfants. Chaque fois, le soleil était au zénith, l'harmonie régnait et on profitait pleinement de sublimes moments en famille. Par contre, lorsque mon chum est du voyage, c'est toujours bien différent. 100% du temps, il pleut. Pas une petite pluie fine rafraîchissante, non! Un déluge, avec des vents à arracher la tente. Alors, pendant que les enfants et moi jouons aux cartes, mon chum se démène et court comme une poule pas de tête autour de la tente pour faire des rigoles et installer des toiles. Déjà, on peut comprendre qu'il n'aime pas trop l'idée. Ne me dites pas qu'on pourrait l'aider, c'est lui qui refuse qu'on se mouille... c'est son côté protecteur de mâle alpha!

Mais si seulement ça s'arrêtait là! Malheureusement, non, on a toujours le don de se ramasser sur un terrain pas d'allure. Celui où on n'a pas d'autres choix que d'avoir les fesses plus hautes que la tête. Tout le monde sait que ça dort bien tout le sang dans le cerveau toute la nuit. Les seules fois où on a dormi dans des campings familiaux, on tombait sur un terrain proche de la petite ferme, avec un coq ou même un âne qui hurle sa vie à partir de 4h du matin! Ou encore, proche du joli petit étang où se camoufle l'insoupçonné ouaouaron qui passe la nuit à 2 pouces de nos oreilles. C'est bien beau vouloir connecter avec la nature, mais je n'avais jamais autant sous-estimé le pouvoir sonore d'un si petit animal, je vous le jure!

Oh, petit détail que j'allais oublier, mon chum a même de la misère à dormir dans son propre lit. Alors, on avait eu l'idée d'acheter la Cadillac des matelas gonflables. Sur l'image, le couple avait tellement l'air uni, confortable et amoureux... Ne me demandez pas pourquoi, mais on a fini la nuit le dos par terre parce que le matelas s'était complètement dégonflé!

Crédit:Pexels

Il faut croire qu'on est tenaces chez nous et que j'ai une grande force de persuasion, parce qu'on réitère l'expérience chaque été. Cette année, j'avais bon espoir! Je suis partie une journée avant mon chéri et il venait nous rejoindre le lendemain. Au moment de monter la tente, il manquait le toit! Mon chum avait oublié de le remettre dans le sac. Quand ça va mal, ça va mal. Heureusement, la pluie n'est arrivée que le lendemain après-midi; en même temps que mon chum!

On dira ce qu'on voudra, c'est éprouvant faire du camping en tente. Et j'aimerais bien dire que mes fins de semaine de camping sont dignes de Pinterest ou Instagram, mais loin de là! Sauf qu'à travers tout ça, on reste une famille qui aime rire de ce genre de choses qui nous arrivent, qui se concentre sur le positif et surtout, les enfants ont compris qu'il ne faut plus aller camper avec papa!

Racontez-nous vos petites histoires de camping. Est-ce qu'un membre de votre famille est aussi touché par une « malédiction », comme mon chum?

Plus de contenu