Ce texte est difficile à écrire. Car dire que je ne connaissais pas l'amour avant ne veut pas dire que je n'ai jamais aimé. Ça veut tout simplement dire que l'amour que j'ai éprouvé avant n'était pas l'amour que j'éprouve pour mon enfant.

Je n'avais jamais compris lorsqu'un parent disait « Tu vas voir, avec ton enfant, ça ne sera pas pareil » et « Tu comprendras quand tu auras des enfants ». Ça me semblait un peu farfelu comme supposition. Comme quand les parents disent qu'il n'y a rien de plus beau que leurs enfants. Quand nos parents nous disaient comment ils nous aimaient et nous trouvaient beaux, nous ne les croyions pas vraiment; « voyons, je ne suis pas belle pentoute! » que je pensais tout bas.

Et là, je suis devenue maman.

Je ne savais même pas que mon cœur pouvait grandir autant. Le petit être humain que j'ai créé me semble tellement parfait. Je pourrais passer des heures à regarder ses yeux, sa bouche, son petit nez, ses petites mains.

Je m’ennuie quand je ne sens pas sa chaleur et sa respiration pendant quelques heures. Quand elle dort, je ne fais que regarder l’écran en essayant de me contrôler pour ne pas aller me coucher près d'elle ou l'emmener dans mon lit tellement je m'ennuie. Quand elle est à la garderie, je passe mon temps à regarder des photos d'elle en espérant qu'elle passe une belle journée.

Rien n'est comparable à l'amour d'une maman (ou d'un papa) pour son enfant. En tout cas, je ne sais pas pour vous, mais pour moi, ce sentiment est le plus fort que j'ai ressenti dans ma vie. C'est un amour qui fait presque mal.

Je ferais tout et n’importe quoi pour ce miniature être humain. J’angoisse déjà juste à penser qu’un jour, elle ne voudra pas retourner mes câlins. Qu’un jour, elle va voler de ses propres ailes et n’aura plus besoin de moi. Oh que je n’ai pas hâte à ce moment.

D'ici là, j’essaie de profiter. J’essaie de prendre conscience chaque jour des petits moments et des câlins qui seront gravés à jamais dans ma mémoire. Mais je n’arriverai jamais à assez profiter de ces moments qui, un jour, devront se terminer. Le temps file trop vite.

Ma fille, s’il te plaît, n’oublie pas ta maman, même quand tu n'en auras plus besoin, car elle, elle aura toujours besoin de toi.

Ce texte nous a été envoyé par une lectrice. Vous avez aussi une histoire à partager? Écrivez-nous au info@tplmag.com.

Plus de contenu