Il est courant que les relations dans une fratrie soient conflictuelles, et ce, dès la tendre enfance. La relation entre ma sœur et moi n’a pas fait exception. En effet, ma sœur et moi étions une version miniature de la WWE. D’ailleurs, c’était notre jeu préféré tous les samedis matins dans notre salon pendant que les parents dormaient encore; on faisait semblant d’être des lutteurs et on se faisait des prises d'enfer.

Nos journées commençaient par des chicanes et s'en suivait des cris, des tapes, etc. Notre mère était désespérée. Elle disait que ça n’avait aucun sens qu’on se traite de la sorte. Étonnamment, nous voulions toujours être ensemble. Ma sœur me suivait partout et voulait faire tout ce que je faisais. Je trouvais ça vraiment fatigant. Par contre, j’étais là lorsqu’elle se faisait mal.

Le phénomène se répète maintenant avec mes filles; elles se chicanent souvent. Quand ce n’est pas parce que l’une a pris un jouet à l’autre, c’est parce que l’une regarde le dessin de l’autre ou encore parce que l’une respire le même air que l’autre!

Je n'aime pas quand elles se chicanent, mais je suis soulagée lorsque je vois l’une d’entre elles défendre l’autre. Elles sont ultra-protectrices l’une de l’autre. Et le plus important; elles ont des marques d’affection entre elles. Les plus jeunes admirent les plus grandes et je trouve ça tellement beau.

La rivalité dans la fratrie est normale, mais j’encourage beaucoup une belle relation entre mes filles. Je leur explique qu’elles seront sœurs toute leur vie. Qu’elles pourront compter l’une sur l’autre. J’essaie de leur enseigner l’autogestion de leurs conflits. J’observe comment elles gèrent leurs conflits et je n’interviens que lorsque ça dégénère.

À travers la relation que mes filles ont entre elles, je réalise que ma sœur a sûrement dû m’admirer aussi lorsque nous étions petites et que c’est pour cela qu’elle me suivait partout comme un pot de colle. Avec l’adolescence et le temps, nous nous sommes éloignées. Mais, heureusement, la maternité nous a rapprochées à nouveau.

Avoir une sœur, c’est comme avoir une amie pour la vie. Je me vois déjà à ma retraite avec ma sœur; on va être des vieilles madames qui aiment s'amuser avec mille et un projets.

Avez-vous une belle relation avec vos frères et soeurs?

Vous avez une histoire à partager? Écrivez-nous au info@tplmag.com

Plus de contenu