Quand mon fils a eu un 1 an, ça faisait déjà un bout qu’on parlait d’avoir autre enfant. Quand on aime autant un petit être, on a vite envie de recommencer. Une fois la première année franchie, on s’est dit OK, laissons la vie décider quand le petit deuxième arrivera. À notre premier, ça avait pris un 3 mois sans rien calculer, alors ça peut être moins ou plus cette fois, qu’on se disait. Trois semaines plus tard, j’avais un test de grossesse positif dans les mains. 

Nous étions surpris et tellement heureux. Tant mieux, qu’on se disait! La vie nous le donne comme ça, on le prend. Deux petits collés, c’est plein de défis, mais aussi plein d’avantages! Je les imagine déjà jouer ensemble dans peu de temps. Le plus petit qui va vouloir suivre et faire comme le grand. Je sais que ça sera magique et rempli de beaux moments. 

Toutefois, je suis consciente qu’il y aura des défis et surtout, j’ai parfois le vertige que mon bébé ne soit déjà plus mon bébé. Il aura à peine deux ans quand son petit frère ou sa petite sœur se joindra à nous. Il ne comprend pas encore que sa vie d’enfant unique va basculer du jour au lendemain et que notre cocon à trois va tout à coup s’agrandir. J’ai peur de ses réactions, peur d’avoir moins de temps à lui consacrer et peur que mon niveau d’énergie ne soit pas au rendez-vous pour être là comme je le veux pour lui. En ce moment, il a toute notre attention et ce ne sera évidemment plus pareil. 

Certes, ce sera une grande adaptation pour tout le monde avec les boires et les nuits entrecoupées qui rythmeront notre quotidien. Je me demande comment nous préparer face à tout ça. Au premier, tu peux tout arrêter pour répondre aux besoins de ton précieux trésor. Tu peux passer de longs moments à le regarder dormir paisiblement dans tes bras. Tu peux même aller faire une sieste durant la sienne quand tu es exténuée. Avec ce deuxième, je ne veux pas rater tous les beaux moments avec mon poupon et je ne veux pas non plus négliger mon plus grand qui sera encore si petit. 

J’imagine que d’ici quelques mois, mon bébé me fera comprendre qu’il est déjà grand, qu’il est capable. J’imagine qu’on réussira à jongler notre temps et notre amour entre deux petits êtres. J’imagine que mon cœur de maman se décuplera pour accueillir cette nouvelle vie de famille au printemps prochain. Pour l’instant, j’ai tout de même la tête pleine d’inquiétudes pour mon premier bébé.

Et vous, comment votre enfant s’est adapté à l’arrivée de sa fratrie?

Plus de contenu