Je me considère comme un brouillon de quelque chose. Je suis en mode draft depuis toujours. Je n’ai pas encore trouvé mon X. Je tourne autour depuis toujours. Les seuls moments où j’ai réellement senti que je me trouvais au bon endroit au bon moment sont les jours de la naissance de mes deux enfants.

Je suis le caméléon de ma famille. Je peux mon fondre dans le décor. Je m’adapte, je m'intègre à la vie des autres. Je peux « fitter » avec n'importe qui. Je suis culture générale x 1000. Cela dit, j'ai roulé sur beaucoup de chemin, mais aucun n'était vraiment le mien. 

Crédit:Crédit John Lockwood/unsplash.com

Si vous saviez tout ce que j’ai essayé! J’ai été habile dans tout, jamais excellente. J’ai fait du théâtre, que des petits rôles dont on ri encore. J’ai fait des sports, toujours à assurer les arrières du quart-arrière. J’ai joué du piano, j’ai chanté, je n’ai jamais remporté aucun prix. Mon frère lui, raflait tout, débordant de talent. Je me souviens, mon père m’avait demandé une seule chose pour la fin de mon secondaire; une toute petite nomination dans une catégorie quelconque. J’avais réussi; personnalité de l’année, mais je n’ai pas remporté le méritas.  

J’ai toujours aimé les arts, l’écriture en particulier. Enfant, je tenais un recueil de textes, je voulais écrire des romans. Jeune ado, (encore à l’ère du papier) ma mère m’abonnait au magasine Clin d’œil. Je me disais qu’un jour, mon nom serait inscrit sous le poste de rédactrice en chef. Ce qui m’a menée ici, chez TPL Moms. J’ai zigzagué dans cette voie, pendant que mon frère recevait le titre d’auteur dramatique de l’École Nationale de théâtre du Canada.

Comprenez-moi bien, ceci n’est pas de la jalousie. Enfin, oui. Ça en est. Je suis jalouse des gens dont le trajet de vie a toujours été clair, dont les réussites ont guidé les pas. Vous savez ce que c'est, vous, une vocation?

Crédit:Crédit Giphy.com

J’ai fait ma petite carrière dans le domaine des affaires. J’ai grandi dans les bureaux d’une entreprise familiale gérée par mes deux parents. J’ai été diplômée en administration des affaires, j’ai fait mes marques, mais j’ai toujours été en compétition pour gagner une place prédestinée à quelqu’un d’autre. J’ai été vice-présidente sous toutes les coutures. Dans ma carrière, dans mon couple, dans ma vie en général. Et je l’acceptais comme tel.

Cette année, j’ai quitté cette entreprise dans laquelle j’avais mis tous mes pions des dix dernières années. Je me retrouve sans carrière, sans réalisations, que des parcelles de projets étalées comme un casse-tête de 1000 morceaux. J’ai 32 ans, deux magnifiques filles, je suis seule, séparée et j’apprends à jouer du ukulélé.

Quelle belle occasion pour moi de me découvrir et de me reconstruire. Pour 2021, je veux m’approprier ma vie. Une vie qui me ressemble, qui me définit. Une vie qui m’appartient, totalement, comme les tatouages que je porte sur mon corps. Je me souhaite une année 2021 juste à moi.

Et vous, que vous souhaitez-vous?  

Plus de contenu