La semaine passée, des parents d’un jeune garçon décédé après avoir été happé par un autobus sont sortis dans les médias pour dénoncer la banalité avec laquelle cette mort a été traitée. 

Ce n’est malheureusement pas le seul cas où des comportements négligents (ne pas faire correctement un angle mort par exemple) ou illégaux (non-respect de la limite de vitesse, virage interdit) ont causé la mort d’un piéton ou d’un cycliste. C’est le cas notamment pour Concepción Cortacans et Clément Ouimet, tous deux morts alors que le conducteur de l’automobile ne respectait pas le Code de la route. Dans ces cas, comme dans bien d’autres, aucune accusation n’est portée contre le conducteur malgré ses comportements illégaux. Ces décès sont traités comme des accidents, ce qui n’est pas le cas. Un accident c’est une plaque de glace noire, c’est un problème mécanique, c’est un malaise au volant, bref un évènement imprévisible et involontaire.

Selon une vaste étude danoise, les cyclistes commettent moins d’infractions de la route que les automobilistes. Alors que selon la SAAQ, les piétons sont responsables de la minorité des accidents qui sont causés par une distraction. Autre information intéressante, lorsque les cyclistes ne respectent pas le code de la route, c’est généralement pour leur sécurité alors que les conducteurs le font pour économiser du temps. Donc, malgré la croyance populaire, ce sont donc plus souvent les automobilistes qui ne respectent pas le Code de la route ou qui sont inattentifs.

Cependant, en cas de collision entre un véhicule automobile et un piéton ou un cycliste, on sait pertinemment qui sera le plus blessé. Même si je n’aime pas cette dichotomie entre cyclistes/piétons et automobilistes, je n’ai pas le choix de constater l’inégalité entre les deux lors d’un accident. Cet aspect des véhicules à moteur devrait rendre les gens beaucoup plus soucieux de leurs gestes, ce qui n’est malheureusement pas encore le cas.

Cette année sera ma première comme cycliste en hiver. Même si je vais prendre le transport en commun lors des grandes tempêtes de neige (ce qui est d’ailleurs recommandé même pour les automobilistes), je trouve ça inquiétant de savoir que c’est un risque pour ma vie. Faire du vélo ou marcher pour aller au travail ne devrait pas être une activité risquée. J’espère sincèrement qu’il ne m’arrivera rien bien que mon testament soit déjà fait.

Êtes-vous craintif.ve.s de prendre votre vélo pour vous déplacer à Montréal ?

Page d'accueil