Épuisé de cuisiner des plats qui ne sont pas mangés? «Maman, qu’est-ce qu’on mange?», «Beurk, non», «Moi je veux juste du pain», «Je n’en veux pas, c’est dégueu!». Nous voulons tant que nos enfants mangent bien et nous cuisinons pour eux, mais cela ne donne pas toujours le résultat escompté! 

Moment positif

Crédit: Fauxels / Pexels

Moment positif
En créant un moment agréable, l’enfant verra l’heure du repas de façon positive et sera plus enclin à y participer activement.

Cuisiner ensemble

Crédit: Kampus Production / Pexels

Cuisiner ensemble
Cuisiner en famille, dans le plaisir et la simplicité, va encourager votre enfant à goûter le fruit de ses efforts! Pour cuisiner en famille, il vous faudra surtout accepter qu’il y ait un peu de chaos. Oui, il pourrait y avoir des dégâts. Laissez vos enfants expérimenter, apprendre et surtout s’amuser! Par la suite, vous pourrez nettoyer en famille!

Buffet

Crédit: Hatice Baran / Pexels

Buffet
Le principe du buffet est un bon moyen de diminuer l’angoisse liée aux repas familiaux. C’est très simple : tous les aliments sont au centre de la table, le plat principal, les accompagnements et le dessert, s’il y en a. Les enfants peuvent alors se servir librement et nous n’avons pas à intervenir. En appliquant cette façon de faire, les parents n’ont plus à gérer les portions des enfants. Cela prend un haut niveau de lâcher-prise et de confiance, mais les résultats sont étonnants!

La neutralité alimentaire

Crédit: Kamaji Ogino / Pexels

La neutralité alimentaire
La neutralité alimentaire est le fait de voir tous les aliments sur le même pied d’égalité, autant par vos paroles que par votre attitude. Ainsi, chaque aliment n'est ni bon ni mauvais. Si vous ne dites pas à votre enfant de ne pas manger trop de brocoli, la même chose devrait être vraie pour la crème glacée.

Découverte alimentaire graduelle et sans obligation

Crédit: Cottonbro / Pexels

Découverte alimentaire graduelle et sans obligation
Si vous voulez faire découvrir un nouvel aliment à votre enfant, c’est une très bonne idée. Afin que cela fonctionne bien, faites-le dans le plaisir! Il ne devrait pas y avoir d'obligation de goûter. Effectivement, pour goûter un nouvel aliment, l’enfant a d’abord besoin de l’explorer en toute sécurité. Il doit pouvoir refuser de la manger la première fois et avoir la permission de le cracher. Ainsi, votre enfant saura qu’il peut explorer le nouvel aliment sans craindre votre réaction. Ne désespère pas s’il ne goûte pas la première fois. Imaginez que l’on vous présente un plat pour la première fois, comme des insectes, il est probable que cela vous prenne plusieurs expositions avant de goûter et vous aurez peut-être besoin d’explorer l’aliment avec tous vos sens : le regarder, le sentir, le lécher, etc. Pour une exploration réussie, n’oubliez pas également d’offrir l’aliment nouveau avec d’autres aliments plus connus. Bonne exploration!

Confiance

Crédit: Vanessa Loring / Pexels

Confiance
Ayez confiance en votre enfant pour déterminer les portions qu’il doit manger. Il est le seul à connaître ce dont son corps a besoin.

Être un exemple

Crédit: Mikhail nilov / Pexels

Être un exemple
Les enfants nous observent beaucoup. Être un exemple en travaillant sur notre propre relation avec les aliments est donc essentiel!

La responsabilité du parent

Crédit: Monstera / Pexels

La responsabilité du parent
Votre responsabilité est simple: offrir un repas à l’enfant selon l’horaire des repas de votre famille. Bref, vous choisissez deux choses: l’horaire et les aliments disponibles.

La responsabilité de l'enfant

Crédit: Vanessa Loring / Pexels

La responsabilité de l'enfant
De son côté, l’enfant a la responsabilité de choisir s’il mange, ce qu’il mange et les quantités qu’il mangera. Cela ne vous appartient pas. Effectivement, personne n’est mieux placé que votre enfant pour savoir s'il a faim.

Dessert ou pas

Crédit: Anna Tukhfatullina / Pexels

Dessert ou pas
Qu’est-ce que le dessert? Oui, cela peut être un aliment sucré, mais le dessert pourrait aussi être un fruit ou un yogourt, etc. C’est à vous de choisir ce que vous offrez à l’enfant.

Pas de restrictions

Crédit: Arminas Raudys / Pexels

Pas de restrictions
Au revoir les restrictions! Laissez vos enfants manger des sucreries! Effectivement, le sentiment de restrictions peut parfois amener les enfants à se jeter dans les sucreries comme s’il n’y avait pas de lendemain. D’un autre côté, si l’enfant sait que l’aliment sera toujours disponible, il sera davantage à l’écoute de ses signaux internes de satiété. Évidemment, vous restez maître de ce qui est disponible et à quelle fréquence.

Les menaces

Crédit: August de Richelieu / Pexels

Les menaces
«Mange un brocoli et tu auras du dessert!». Nous avons tous eu envie de dire cela à un moment ou à un autre. Nous voulons tant que nos enfants mangent bien! Cependant, cela ne fait qu’ajouter de l’angoisse sur nous et sur notre enfant. La meilleure solution est de permettre le dessert à tous. Le dessert peut être une sucrerie, un fruit ou un yogourt. Vous choisissez ce qu'il y a sur la table.

Du plaisir!

Crédit: Jill Wellington / Pesels

Du plaisir!
Bref, le moment du repas devrait être un moment plaisant et positif pour toute la famille!

Nutritionnistes en pédiatrie

Crédit: ketut subiyanto / Pexels

Repas familiaux

Crédit: Nicole Michalou / Pexels

Repas familiaux
Manger en famille est très important pour créer une routine de repas positive. Si possible, nous éteignons les écrans et rangeons les téléphones. Profitons de ce moment pour parler ensemble et avoir du plaisir.

Page d'accueil