On revient à peine de nos premières escapades de camping avec notre fils de 10 mois. J’avais quelques appréhensions vis-à-vis ces aventures, dont le long trajet de 5h avec un bébé qui a de la difficulté avec la voiture depuis quelque temps. Au grand étonnement de tous, mon bébé ne dort pas beaucoup en auto, même que ça écourte ou l’empêche parfois de faire sa sieste. Alors, je me disais que le trajet allait être l’enfer. Au final, je suis très satisfaite autant de l’aller que du retour, même si mon garçon a décidé de ne dormir qu’un total de 2h15 sur 10h de route. Notre secret? Nous étions bien préparés! Je vous présente donc nos astuces pour réussir un long trajet avec bébé. 

 

Prioriser son confort

Dans tous les aspects, nous avons d’abord pensé à lui. On a pris les précautions nécessaires pour qu’il soit à l’aise dans son siège, qu’il porte des vêtements confortables, qu’il n’ait ni trop froid ni trop chaud, qu’il soit protégé du soleil, etc. On avait sous la main son gobelet d’eau et des collations légères. Pour le rassurer, on a décidé de faire le trajet avec un de nous deux à l’arrière. Il faut donc que le conducteur soit organisé sans co-copilote. 

 

Avoir un sac d’activités

On y a rassemblé des cubes, des livres avec des textures, des contenants, des jouets musicaux et des toutous. Tout pour l’amuser et le distraire durant le trajet. Le parent à l’arrière agissait comme un véritable animateur de fête d’enfants. On faisait tout pour le faire rire. Le temps passait très vite pour nous deux aussi, car on avait beaucoup de plaisir à faire toutes sortes de bêtises pour l’amuser. 

 

Préparer une liste de chansons pour la route

Mon fils adore la musique. Alors, avant de partir, j’ai acheté un répertoire de comptines pour enfants. On y a ajouté les chansons fétiches de son père et moi. On pouvait ainsi facilement choisir la musique d’ambiance idéale : plus calme pour la sieste, plus électrisante pour le dance party familial! 

 

Prendre son temps

On savait qu’on allait arrêter quelques fois, mais on n’avait pas fixé d’objectifs précis. Autant pour notre bébé que pour nous, on se donnait le droit d’arrêter pour s’aérer l’esprit, se dégourdir ou s’acheter un peu de courage avec un café de route. On profitait souvent de ces arrêts pour échanger nos rôles de conducteur et animateur.

L’état d’esprit à avoir est la zénitude : ça prendra le temps que ça prendra! Au fond, pourquoi stresser avec ça? Les péripéties de route font tout autant partie de l’aventure!

 

Quelles sont vos astuces pour un long trajet en voiture avec bébé?

Plus de contenu